Retour vers Paris.fr

Recherche des rues de Paris

rue des Francs Bourgeois
Arrondissement(s)
IIIe,IVe
Code informatique de la Ville de Paris
3833
Quartier(s)
Archives. Arsenal. Saint-Gervais.
Code informatique de la DGI
3820
Longueur
705 m
Feuille(s) parcellaire(s) de la collection de la Ville de Paris
92B3,92A1
Largeur
9 m
Commence place des Vosges, 19. Finit rue des Archives, 56.
Déclassement.
Arr. mun. du 29 juin 1984, côté pair, angle des rues Vieille du Temple et des Francs Bourgeois.

Alignements (non retenus au PSMV du Marais).
Arr. du Président de la République du 17 janvier 1849, sauf dans les parties régies par les textes suivants : Déc. du 15 novembre 1912 (UP), côté impair, entre la place des Vosges et la rue de Turenne. Déc. du 4 décembre 1880, côté pair, au droit du musée Carnavalet. Déc. du 21 mars 1913 : côté pair, depuis le n° 34 jusqu'à la rue Vieille du Temple ; côté impair, entre la rue des Hospitalières Saint-Gervais et la rue Vieille du Temple. Les immeubles en saillie sur ces alignements ne sont pas soumis à la servitude de reculement. Arr. du 6 mai 1952, côté impair, sur une longueur de 36,50 m environ avant le n° 53 bis.

Nivellement.
Déc. du 21 mars 1913, entre la rue des Hospitalières Saint-Gervais et la rue Vieille du Temple.

Numérotage.
Arr. du 3 janvier 1894 : nos 2, 2 bis, 2 ter, 1 et 1 bis.

Servitude.
Aux termes d'un contrat en date des 28 juin et 8 juillet 1913, passé entre la Ville de Paris et l'Assistance publique, il a été stipulé que cette dernière devrait édifier du côté impair, entre la place des Vosges et la rue de Turenne, des constructions d'une architecture identique à celle de la place des Vosges. Le contrat n'a pas eu d'effet et l'actuel immeuble (1922) s'oppose par son style à la place des Vosges.

Dénomination.
Arr. du 2 avril 1868, parties comprises entre les rues de Turenne et Payenne et entre les rues Vieille du Temple et des Archives. Arr. du 26 décembre 1893, partie comprise entre la rue de Turenne et la place des Vosges.

Orig. du nom.
Maison d'aumône destinée à accueillir des bourgeois francs d'impôts du fait de leur pauvreté (emplacement des nos 32-36).

Historique.
L'arr. du 2 avril 1868, réunissait la rue Neuve Sainte-Catherine (comprise entre les rues de Turenne et Payenne) et la rue de Paradis au Marais (comprise entre les rues Vieille du Temple et des Archives) à la rue des Francs Bourgeois (comprise entre les rues Payenne et Vieille du Temple). L'arr. du 26 décembre 1893, réunissait à la rue des Francs Bourgeois une partie de la rue des Vosges (comprise entre la rue de Turenne et la place des Vosges). La rue de Paradis au Marais était, en 1787, la rue des Jardins. La rue des Francs Bourgeois était, plus anciennement, rue des Poulies, des Viez Poulies ou Vieilles Poulies, Richard des Poulies et Ferri des Poulies ; pendant la Révolution, rue des Francs Citoyens. La rue des Vosges, ouverte vers 1606, a été appelée successivement : rue Henri IV, rue de l'Echarpe Blanche, rue de l'Echarpe puis rue des Vosges.

Monuments classés.
Nos 14-18 : hôtel Carnavalet (musée des collections historiques de la Ville de Paris) ; n° 25 : hôtel de Lamoignon (bibliothèque historique de la Ville de Paris) ; n° 30 : hôtel d'Alméras ; nos 29 bis-31 : hôtel d'Albret (direction des affaires culturelles de la Ville de Paris) ; aux nos 31-33 et 57 : restes de l'enceinte de Philippe Auguste ; au n° 42 : hôtel Hérouët ; au n° 53 : ancien monastère des Blancs Manteaux (église, y compris les cryptes ; façades et toitures du bâtiment conventuel subsistant [actuellement presbytère]) ; n° 54 : hôtel de Jaucourt (Archives nationales) : façades et toitures ; n° 56 : hôtel de Fontenay : façade et toitures ; n° 58 : hôtel de Breteuil : façade et toitures ; au n° 58 bis : toutes les façades et toitures de l'hôtel d'Assy ainsi que le salon décoré par Oppenord situé au premier étage de l'aile nord et la chambre donnant sur le jardin qui lui fait suite et, également l'escalier avec sa cage et la grille situé à l'aile est du bâtiment s'étendant le long de la rue (immeuble affecté aux Archives nationales) ; au n° 60 : hôtel de Soubise (actuellement Archives nationales).

Septembre 2000